Pollution de la Ria de Noia: les problèmes et les solutions

imagenLe 27-08-08 le journal galicien “A Voz de Galicia” se faisait écho du souci des pêcheurs et ramasseuses de coquillages de Noia dû à l’installation d’un émissaire de la dépuratrice placé à la paroisse de Barro et qui verserait trop près des bancs de palourde et coquillages. Le souci était lié au fait que ces coquillages passeraient d’être catalogués comme “Zone A” (bivalve qui passe directement de mer à table) à être catalogué comme “Zone C”, ce qui obligerait à tenir le produit plusieurs semaines à la dépuratrice, ce qui produirait une baisse des prix.

Les pêcheurs et ramasseuses de coquillages ne font pas confiance à la capacité de la dépuratrice de faire face au volume d’eau à traiter et ils craignent que ces déchets ne soient versés à l’eau de la ria sans épurer. Ils demandent l’installation d’un système de pompage pour verser les déchets plus loin des zones d’extraction. Et ils ajoutent que, d’après eux, le plus convenable serait de séparer les eaux pluviales des eaux fécales, étant donné l’insuffisance des tuyaux pour traiter tout le débit.

 

Dans des propos antérieurs faits à “O Correo Galego” le 24-05-08 l’Association des pêcheurs de coquillages de San Bartolomé de Noia montraient aussi leur souci à cause du bâtiment d’un pont situé sur la ria de Noia et qui serait placé entre Punta Gavoteira à Boa (Noia) et Punta Pequena à O Freixo (Outes) car il traverserait les zones de production de palourde et de couteau et qui passerait près de celle du bucarde ou coque le plus important: Celui de A Misela.

Nous avons demandé aux pêcheurs et pêcheuses de la zone sur les problèmes dus à la contamination et ils nous ont parlé des problèmes suivants:

  • les crabes, les étoiles de mer et les “cornetas” mangent des coquillages.

  • Si l’on fait draguer la ria on aura des problèmes avec la pêche des coquillages pendant deux ou trois ans.

  • Ils sont préoccupés car on leur avait promis le nettoyage de la ria il y a dix ans déjà et il n’y a pas eu encore de mouvement.

  • Ils croient qu’il faudrait plus de dépuratrices (en relation avec l’article de La Voz de Galicia).

  • Les pêcheurs et ramasseurs de coquillages accomplissent aussi une labeur de nettoyage de la ria, car les déchets qu’elles  ramassent du fonds de la ria, elles les déposent dans des containers.

 

Il faut faire noter que il y a deux sortes de métiers liés aux coquillages:

.Ramassage des coquillages à pied: ce sont 100% des femmes qui, pieds nus, font leur tâche avec la marée basse.

.Pêche des coquillages à flotte, sur des petits bateaux ou sur des barques, ce sont plutôt des hommes.

 

 

imagenA contaminación na Ría de Noia:

 

O 27-08-08 o periódico galego La voz de Galicia facíase eco da preocupación dos mariscadores de Noia pola instalación dun emisario da depuradora, situado na parroquia de Barro, que vertería moi preto dos bancos de ameixa e berberecho. A preocupación era que de estaren catalogados estes mariscos como de zona A (bivalvo que vai directamente do mar ó prato) pasarían a zona C, tendo que pasar o producto varias semanas na depuradora, coa depreciación que isto supón.

Os mariscadores dubidaban sobre a capacidade da depuradora de tratar o volume de auga procedente do casco noiés e que nese caso se puidese verter á ría a auga sen depurar.

Pedían polo tanto que se instalase un sistema de bombeo para verter os residuos mais alá das zonas de extracción. E engadían que, segundo eles, o idóneo sería separar pluviais e fecais dado que atopaban insuficiente a tubaxe para tratar todo o caudal.

 

Nunhas declaracións anteriores feitas a El Correo Gallego do 24-05-08 a confraría de pescadores de San Bartolomé de Noia tamén amosara a súa preocupación pola construción dunha ponte sobre a ría de Noia que estivese situada entre a Punta Gavoteira en Boa (Noia) e Punta Pequena no Freixo (Outes), xa que atravesaría as zonas de produción de ameixae navalla e pasaría próxima ó banco de berberecho máis importante: O da  Misela.

 

Postos en comunicación con mariscadores e mariscadoras da zona  coméntannos os seguintes problemas:

  • que os caranguexos, estrelas e cornetas comen o marisco.

  • Que se dragasen a ría terían problemas co marisqueo durante dous ou tres anos.

  • Que se lles prometeu a descontaminación hai xa 10 anos e aínda non viron movemento algún.

  • Cren que habería que ter máis depuradoras a pleno rendemento (en relación co declarado en La Voz de Galicia).

  • Os mariscadores e mariscadoras desempeñan tamén un labor de limpeza da ría xa que o lixo que collen no fondo ao rastrexar retírano ós colectores .

Temos que aclarar que hai dous tipos de oficios en relación co marisqueo:

– Colleita de marisco a pé: son mulleres no 100%, que fan descalzas a súa tarefa coa marea baixa.

– A pesca de moluscos a flotación: en pequenos barcos ou en chalupas, a maioría son homes. 

imagen

Sources: La Voz de Galicia, O Correo Galego,

Ce travail a été fait par: Iván H. Goyo Q. , traduction: María Jesús.

Esta entrada foi publicada en ENVIRONNEMENT e etiquetada . Garda o enlace permanente.

Deixa unha resposta